Notaires

Registre aux bourgeois d'Arras BB 51 1651-1693

Registre aux bourgeois d'Arras

Registre aux bourgeois d'Arras

BB 51 1651-1693

 

Didier BOUQUET

Les archives communales situées à la Médiathèque d’Arras conservent de très anciens documents pour aider à la reconstitution des familles arrageoises.

Il existe par exemple la série des registres aux bourgeois d’Arras couvrant la période 1464-1790 (BB48 à BB55). 

De nombreux historiens ou généalogistes s’en sont servis, on trouve ça et là des annotations provenant de ces registres.

Toutefois hormis le relevé systématique du BB55 (1775-1790) paru dans les bulletins de l’association « Racines Arrageoises » de 2003 à 2006 et par la suite le début du BB54 (1731-1746)  non achevé, aucun chercheur n’a encore analysé les plus anciens registres. 

J’ai donc décidé de commencer ce travail qui prendra beaucoup de temps en débutant volontairement par le BB51 couvrant la seconde moitié du XVIIème siècle, juste après la prise d’Arras par Louis XIV.

Je reprendrai ici la définition donnée de façon admirable par Philippe SUEUR (le Conseil Provincial d’Artois 1640-1790 page 314 – édition 1978) : « le titre de bourgeois d’Arras était recherché dans toutes les classes de la société demeurant à Arras. Loin d’être incompatible avec la noblesse, il était sollicité et conservé par tous ceux qui possédaient ou voulaient posséder du bien dans la ville. C’était en effet l’unique moyen d’obtenir l’exemption du quart forain, droit de mutation dû à la commune (à raison de 25% sur les biens immeubles et 50% sur les meubles) par ceux qui n’étaient pas bourgeois naturellement ou civilement, ou mariés à des étrangers ou par ceux qui, fils de bourgeois, omettaient de récréanter la bourgeoisie du père. Ce serment était exigible avant de prendre un état civil ou de remplir une charge publique ».

 

Tout au long de ce registre on trouvera principalement les récréantements de bourgeois, c’est-à-dire un fils renouvelant son droit de bourgeoisie mais aussi des réceptions de nouveaux bourgeois avec financement ou gratuitement : en tout presque 5100 bourgeois. La plupart du temps on mentionne la profession. Chaque année a lieu l’élection des 12 échevins de la ville d’Arras.

Sur la période concernée, vous aurez parfois la chance de découvrir trois générations de bourgeois pour une même famille. C’est un des atouts principaux de ce type de relevé : remonter les généalogies avec certitude en complément des autres sources que sont les registres paroissiaux ou les actes notariés.

Didier BOUQUET – Talence, mai 2013

238 pages - 40 €

                      

 Commande à AGP BP 1060 62257 Hénin-Beaumont Cedex

 

Informations supplémentaires